Vie à la campagne

Les préparatifs au jardin

Nous sommes presque à la fin du mois de mars, les fleurs commencent à pousser dans le jardin. Les poules et les oies commencent à pondre. Les jours rallongent et l’envie de travailler dans le potager se fait de plus en plus sentir!

 

Cette année, je suis un peu en retard dans mes préparatifs. D’habitude, en fin d’année, je fais le point sur les graines restantes, pour savoir quelles graines il me reste et acheter celles qui me manquent. De cette manière, lorsque je commence mon potager en mars, j’ai tout sous la main

paquet de graine
Les paquets de graines qui restent

Avant de semer ou de repiquer des plants, je prépare le terrain. A l’extérieur mais aussi sur papier. 

Préparation sur le papier

Depuis que je suis installée dans ma maison, je note sur un carnet tous les travaux effectués sur le terrain : les plantations de fruitiers, ce que je fais dans le potager, mais aussi des informations concernant les animaux présents à la maison.

Ainsi, je compare les résultats des tests que j’effectue dans le potager, je note si je continue ou non telle ou telle production, j’inscris quand une poule ou une oie commence à couver, le nombre de poussins ou oisons nés, quel soin nous avons prodigué pour telle ou telle poule, l’arrivée temporaire ou permanente d’un nouvel habitant à la maison… bref j’écris toutes les informations utiles pour progresser dans notre élevage et dans notre jardin.

outil de travail sur papier
Carnet de bord du jardin et le guide du jardinage écologique

Ce carnet, combiné au petit guide du jardinage écologique (offert par mes parents lors de la création de mon premier potager), me permet de faire le plan de mon jardin.

D’une année sur l’autre je ne replante pas la même chose au même endroit. J’ai choisi de faire une rotation de culture.  Premièrement parce que toujours semer ou planter la même espèce végétale sur la même parcelle favorise l’apparition de maladies et parasites de cette espèce. Deuxièmement, parce que parfois je constate que l’installation de telle plante à tel endroit n’était pas pratique. Et troisièmement, parce que j’apprécie que les associations de plantes dessinent différemment le potager d’une année sur l’autre.

tableau des associations de plantes
Tableau des associations de plantes

Pour faire le plan de cette année, j’ai repris celui de l’année dernière, et j’ai regardé dans mon guide du jardinage, le tableau des associations de plantes. Ce faisant, j’essaie de placer mes lignes de production de manière à ce que les plantes les unes à côté des autres aient une interaction positive (sinon neutre).

Par exemple, je plante souvent des choux et des salades ensembles. Cette association est bénéfique pour les deux espèces mais c’est aussi une économie de place : lorsque l’on repique des pieds de choux, il ne faut pas trop les serrer, en effet, ils prennent une certaine place, trop proches les uns des autres, ils se développent moins. Il est donc intéressant, pour ne pas « perdre » de place, de repiquer en même temps de la salade, qui, ayant une croissance plus rapide, sera prélevée avant que les choux n’aient fini leur croissance. 

Une fois le plan terminé, il suffira de le suivre et de repérer approximativement dans le jardin, où planter les légumes.

Faire un plan me permet aussi, d’une année sur l’autre, de me rappeler combien de routes/pieds de légumes j’avais planté et si l’année suivante je choisis d’en faire plus ou moins. Pour vous citer quelques exemples, l’année dernière j’avais fait deux routes et demi de pommes de terre – c’était un peu juste pour notre consommation- cette année j’en prévois quatres. L’an passé j’avais fait une route de radis noir et de radis de Gournay, finalement nous ne les avons pas mangé, alors cette année je n’en fais pas.

Préparation du terrain

L’hiver, j’ouvre la porte de la cour des poules afin qu’elles puissent nettoyer le potager des herbes et éventuels parasites. Je ne couvre donc pas la terre du potager et je ne mets pas non plus d’engrais vert.

Avant de semer, je retire du potager les quelques légumes qui seraient encore présents (parfois ce sont des poireaux et des carottes, que je cuisine ou congèle pour de futurs plats), j’arrache les pieds de choux coupés et autres plantes qui vont me gêner pour la création de mes routes. Puis, je mets dans le potager le fumier (dans lequel j’avais planté des courges l’année d’avant) mélangé à la paille et excréments que nous retirons lors des nettoyages de clapiers et poulaillers. J’incorpore le tout à la terre, sauf dans les zones où je prévois de planter mes bulbes (oignons, ail et échalotes), d’où l’intérêt de faire un plan de potager. J’ameublis la terre afin de faciliter la croissance des plantes.

Une fois que cela est fait, les poules ne sont plus autorisées à se balader dans le potager, encore moins lorsque les graines viennent d’être semées!!

poule et coq de gournay
Poule et coq de Gournay

La zone réservée aux courges est la seule qui ne varie pas d’une année sur l’autre (question de place). Lorsqu’elle a été débarrassée du fumier/terreau, je la prépare de nouveau en remettant du fumier plus récent qui servira ensuite à la plantation des futurs plants de courges.

jardin nettoyé
Terrain après passage des poules l’hiver

Une fois que le potager est prêt, je me lance dans la plantation des bulbes, puis le semis de radis, salade à couper, pois, fèves, choux… et dans l’entretien du potager. Très souvent, ces actions sont conditionnées par la météo!

Et vous, avez vous un potager-jardin de balcon/terrasse chez vous? Quels travaux entamez vous actuellement?

 

 

Publicités
Cuisine

Velouté de butternut, pommes et cacahuètes

J’aime beaucoup la butternut. J’en ai fait pousser l’année dernière dans le jardin mais ça n’a pas fonctionné. Je crois qu’il y a eu trop de concurrence entre les pieds de courges que j’avais dû planter trop serrés. Cette année, je retenterai, et j’espère que cette fois, j’en aurais plein, miam!

butternut

Heureusement, j’ai tout de même pu m’en procurer chez des maraîchers du coin. Cette variété ancienne de courge est si fondante et si douce que je ne me lasse pas d’en consommer. Elle se cuisine aussi bien en recette salée que sucrée, mais je l’utilise la plupart du temps pour des plats salés. En gratin, en purée, en soupe, farcie, rôtie au four…seule ou accompagnée d’autres légumes, d’épices, elle est toujours appréciée! Même Bébé consomme de la butternut et il adore ça!

Je vous avais déjà proposé une recette dans laquelle figurait de la butternut (curry de légumes au lait de coco), je récidive aujourd’hui en vous proposant un velouté de butternut, de pommes et de purée de cacahuètes.

velouté bol

J’avais deux pommes qui s’abîmaient dans le légumier, j’ai décidé de les associer à la butternut pour faire une recette un peu sucré/salé. J’y ai ajouté de la cacahuète. Très souvent j’ajoute de la purée de cacahuète à mes soupes ou purées à base de courges. Je trouve que c’est une agréable association.

Ingrédients

ingrédient velouté

Pour une entrée pour 4 personnes, il vous faut : 

  • Environ 200g de butternut
  • 2 pommes de taille moyenne
  • un demi oignon
  • de la purée de cacahuètes
  • de l’eau
  • de l’huile d’olive
  • du sel et du poivre

Préparation

  • Éplucher les légumes et fruits.
  • Les faire revenir dans une sauteuse ou un faitout, avec un peu d’huile d’olive.

faire revenir les légumes

  • Ajouter de l’eau de façon à recouvrir les légumes/fruits. Couvrer.

ajouter eau

  • Laisser mijoter en remuant de temps en temps pendant environ 30 min. Ajouter de l’eau si besoin.
  • Ajouter 1 cuillère à soupe de purée de cacahuète dans votre préparation. Si vous souhaitez un goût plus prononcé, mettez en 2 cuillères à soupe.

ajouter purée cacahuète

  • Saler et poivrer la préparation si vous le souhaitez.
  • Égoutter vos légumes en mettant de côté le jus récupéré, il vous servira pour la suite.
  • Mettez vos légumes dans un mixeur avec un peu de jus de cuisson. Mixer.

mixer

  • Ajouter encore un peu de jus si besoin afin d’obtenir la consistance d’un velouté.
  • Servez chaud.

velouté

Bon appétit!

Astuces

  • Conserver les épluchures de vos légumes pour faire de futurs bouillons.
  • Garder les graines de courges pour les consommer, les donner aux oiseaux l’hiver ou pour les semer l’année d’après (attention cependant si vous avez semé vos courges avec d’autres variétés, les graines obtenues peuvent donner des hybrides).
  • Si vous avez des pommes bio chez vous, vous pouvez garder les épluchures pour en faire de la confiture de pelures de pommes ou des chips de pelures de pommes.
  • Si vous n’avez pas utilisé tout votre jus de cuisson, mettez le de côté, il pourra vous servir dans l’élaboration d’un autre plat. Au réfrigérateur, le jus filtré se conserve dans un bocal hermétique pendant environ 4 jours. Vous pouvez aussi le congeler.

Et vous quelle est votre recette préférée avec la butternut?

 

Vie à la campagne

Mon quotidien – des nouvelles du jardin

Les semaines passent et ça pousse au potager! Entre pluie et soleil, les légumes  et les fruits continuent leur croissance et nous en profitons bien!

Les petits pois et fèves ont fini leur production, et c’était très bon!!

Les courges commencent à produire, les choux raves ont bien repris, les tomates et poivrons de la serre ont des fruits qui se forment, miam!

Je découvre aussi que des choux que j’avais acheté pensant que c’était des choux verts, sont en réalité des choux fleur, belle surprise!!

Du côté fruits, nous avons eu la chance cette année de profiter des cerises avant que les oiseaux viennent tout nous manger! Framboisiers et cassissiers sont encore très fournis, alors nous nous régalons!

Et les petits poussins ont bien grandi aussi!

Place aux photos!

P1210687P1210690P1210788P1210811P1210812P1210813P1210814P1210815P1210816P1210817P1210818P1210819

 

Vie à la campagne

Mon quotidien #2

Aujourd’hui, pour le deuxième épisode de « Mon quotidien », découvrez ce qu’il y a dans mon potager!

P1210538
Pois, fèves, choux, salades, oignons, échalotes, ail, fraises, œillet d’inde…
P1210580
Carottes, choux verts, choux frisés, salades, radis, pomme de terre…
courges
Plants de cucurbitacées
P1210559
Sauge

Chaque route est placée de façon à ce que les plantes soient bien associées, le tout pour une meilleure harmonie et production.

Poireaux, choux raves sont absents sur ces photos… mais chaque légume est attendu avec joie et envie par tous les habitants de la maison! ce qui n’est pas consommé par les habitants humains sont donnés aux poules et aux oies! les petits rongeurs, entre autres, viennent parfois se servir eux même! Et ce qui n’est pas consommé du tout, va au compost…

De la cuisine en perspective!