Vie à la campagne

Un hiver à la maison

Ces derniers jours se sont bien refroidis à la maison. La chaleur du feu est plus que bienvenue!

Avec le froid est arrivée la neige laissant apparaître des empreintes de pas des habitants de la maison, traces d’humains, de poules, d’oies et de chats se côtoient pour former de jolies frises sur la neige. Et ce froid, permet de pouvoir enfin marcher sur une terre dure et non boueuse! Ici, le pays de Bray, c’est le pays de la boue et l’hiver, nous marchons soit dans une zone boueuse soit sur de la terre gelée, et parfois dans de la neige.

alvina
« Arrête les photos et ouvre moi la porte! »
ses petits pieds
Les premiers pas de Bébé dans la boue

L’hiver est une saison où le terrain est « pause », le jardin est en attente de recevoir les prochains travaux, pendant que les poules le nettoie un peu. Les projets d’aménagement sont repoussés à des jours meilleurs et plus propices au travail à l’extérieur. Les piles de bois diminuent…

jardin
Les poules de Gournay profitent du potager et nous le préparent un peu pour la suite

L’hiver nous faisons aussi de belles observations, notamment à la mangeoire avec le va et vient des passereaux qui y trouvent de quoi se restaurer un peu.

Depuis que nous sommes installés à notre maison, je mets chaque hiver à disposition des oiseaux sauvages des graines et des boules de graisses.

moineau
Moineau domestique

Au début, cela ne profitait qu’aux moineaux domestiques qui, en plus de manger le blé ou le pain dur des poules et oies, venaient picorer dans la mangeoire installée devant la porte de mon atelier. Quelques rouges gorges familiers se montraient ainsi que des mésanges charbonnières.

L’an passé, des tourterelles turques gardaient jalousement leur boules de graisse et ne laissaient personne s’y approcher.

gros bec mâle
Gros bec casse noyaux

Cette année, et depuis le mois de décembre, j’ai vu arriver un oiseau que je n’avais pas vu depuis au moins dix ans : le Gros bec casse noyaux mâle. Cet oiseau de la famille des Fringillidés est un migrateur visible parfois aux mangeoires quand l’hiver est rude -Il adore le tournesol!- et il a un statut « assez rare » en période de reproduction¹. Cette année l’hiver n’est pas un hiver plus froid que d’ordinaire, et le Gros bec a pourtant été visible plusieurs fois chez nous mais aussi dans d’autres mangeoires en Normandie. Serait ce un effet du réchauffement climatique?

chardonneret
Chardonneret élégant

Au fil des années, le nombre d’espèces à venir se nourrir ici à augmenter : nous pouvons enfin ajouter le chardonneret élégant, l’accenteur mouchet, le pinson des arbres et la mésange bleue, présents en période nuptiale chez nous mais qui ne se nourrissaient pas à la mangeoire l’hiver. J’attends toujours la présence de tarins des aulnes, migrateurs et possiblement visibles aux mangeoires l’hiver, mais aussi d’espèces plus communes comme le verdier d’Europe ou le bruant jaune.

La mise en place du poste de nourrissage à la maison ne profite pas qu’aux oiseaux sauvages. Au pied de la mangeoire les poules de Gournay naines se régalent des graines laissées tombées par les oiseaux. Les boules de graisses sont aussi très prisées des poules…et des chats! Ils trouvaient le moyen de les faire tomber pour ensuite les manger au grand désarroi des poules qui les observaient avec envie!

poule naine
Les Gournay naines ramassent les graines de la mangeoire

Mais l’hiver va bientôt laisser place au printemps, les poules ont repris leur ponte – pour notre plus grand plaisir et celui de Bébé qui découvre pour la première fois les œufs dans le poulailler -, après une baisse de production d’œufs, due notamment au froid de l’hiver mais aussi au stress après qu’elles aient subi une attaque de chien…

oie normande
Oie Normande, la femelle est grise et blanche, le mâle est tout blanc

Les jars commencent à parader et à se combattre pour les futurs accouplements avec les oies Normandes et de Bavent. Bientôt les femelles prépareront leurs nids et se mettront à pondre de beaux œufs blancs.

chevreuil
Les veaux ne sont pas encore arrivés, les chevreuils en profitent

De temps à autre, un sanglier court dans l’herbage en face de la maison, des chevreuils y pâturent à la place des veaux, ce qui nous donne un magnifique spectacle lorsque le soleil veut bien éclairer un peu la scène.

Et vous, comment se passent vos hivers? Qu’aimez vous le plus à cette saison de l’année?

¹ Selon l’atlas des oiseaux de Haute Normandie réalisé par la LPO

Publicités

4 réflexions au sujet de “Un hiver à la maison”

Tu peux laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.